Connexion

Certaines parties de ce site nécessitent une identification. Info : Si c'est votre première visite, vos identifiant et mot de passe vous ont été envoyés par courriel.
Sortie 3 jours "Source du danube" (7-8-9 juin 2014) PDF Imprimer

Onze Hamsters – trois invités en voiture et sept motos

Samedi 07 juin

Il fait beau temps en ce samedi matin précédent la Pentecôte! Les Hamsters sont au point de départ à 08h30 précise et à 08h50 prennent la route accompagnés de la «voiture balai» avec une Alsacienne et deux Québécois à bord!

Nous franchissons la «frontière» nous séparant de l'Allemagne en empruntant le pont Pflimlin et sillonnons les jolies routes de ce pays jusqu'à Schuttertal où nous nous arrêtons pour l'institutionnelle pause café.

Le paysage est pittoresque et on ne se lasse pas des splendides routes en lacets traversant la Forêt Noire.

Nous arrivons à Gutach vers midi, et nous restaurons sur une terrasse de café sous un soleil de plomb, mais il ne fait pas encore trop chaud.

A proximité se trouve un manège «schlitte» (luge sur rail) qui nous attire comme des enfants et vue la modicité du prix du billet (nous ne sommes pas en France), nous y retournons plusieurs fois. Certains (trop) prudents y vont doucement alors que d'autres.... (surtout une motarde (de Strasbourg)) qui ne doit pas avoir peur des radars !

On s'amuse bien des pitreries et autres enfantillages de chacun et après ce super intermède, l'appel du bitume nous fait reprendre la route.Il est déjà 14h30...

La Forêt Noire est bien différente des Vosges par son aspect plus verdoyant, les forêts de conifères sont parsemées ici ou là de prés où paissent paisiblement divers ruminants.(minute poétique)

Dans le secteur de Rottweil, le degré d'hygrométrie étant au plus bas, nous stoppons une fois encore pour nous humecter la menteuse... et faire boire les chevaux.

Il est 18h00 quand nous arrivons à Siegmarigen, ville étape de cette première journée où nous passerons la nuit à l'hôtel restaurant «Traube».

Après avoir pris possession de nos terriers, une douche revigorante est la bienvenue et nous nous retrouvons tous vers 19h00 sur la terrasse de ce bel établissement.

A noter que le personnel est très sympathique et notre serveuse a bien du mérite à se faire comprendre des français turbulents que nous sommes et de nos amis du Québec !Les différents menus commandés par les convives sont divins et les desserts à la mesure de la brioche de certains d'entre nous !

Après de telles agapes, une promenade digestive va de soi...Cette ville est remarquable et son château surplombant un énorme rocher est vraiment grandiose.

La nuit étant maintenant tombée, nous décidons de remettre la séance photos du monument et de ses environs au lendemain.

Nous rejoignons nos chambres où nous attendent des lits bien accueillants.

Dimanche 08 juin

07h30 : Réveil par un soleil radieux illuminant la chambre avec délicatesse ; ablutions faites, tout le monde se retrouve dans la salle du restaurant pour un méga petit déjeuner à l'allemande ; tout y est sauf le caviar et le foie gras ! Que du bonheur pour les épicuriens que nous sommes !

Avant le départ, nous nous rendons au château, et le mitraillons avec nos appareils photos; (la moindre des choses pour un château) nous apprenons qu'il comporte quatre cent pièces, bref le confort pour une famille nombreuse.

Les notes d'hôtel réglées, (en espèce car les allemands sont allergiques aux CB) nous chargeons les bagages et prenons la route dans une toute relative fraîcheur.

Les kilomètres s'additionnent au rythme de paysages toujours resplendissants et une petite erreur de parcours du (gentil) pilote de tête nous amène dans la campagne profonde où certains en profitent pour offrir un bouquet champêtre à leur conjointe, ou bien décorer éphémèrement leur moto.

Le bon chemin repris, nous arrivons peu de temps après à Villingen, où nous faisons une petite escale ; cette ville est somptueuse et c'est sous un soleil de plomb que nous la visitons.

Après nous être rafraîchis dans une stube se trouvant aux portes de la cité, nous déambulons dans la rue principale relativement déserte en ce dimanche de grosse chaleur.

Heureusement pour les grands enfants, des fontaines bordent la dite rue et nous permettent de faire baisser la température... !

Il est environ 15h00, les estomacs commençant à se manifester, nous nous arrêtons dans une pizzeria pour un (petit) en cas et reprenons la route en direction de la «Donauquelle».

Bel endroit également où nous constatons que la dite source ne se résume qu'à un très mince filet d'eau, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières n'est t'il pas ?

Après ce détour aux sources, le temps passant vite, nous regagnons nos motos et faisons une rapide visite à une retenue d'eau.

Aux alentours de 18h00 nous arrivons enfin à la seconde étape de notre périple, la pension «Bernreutehof», bel hôtel restaurant aux apparences de chalet montagnard.

Chacun prend possession de son lieu de repos et nous nous retrouvons tous vers 19h00 sur la terrasse pour déguster les très bons plats mitonnés par la maîtresse de maison.

Le calme et la quiétude régnant en ces montagnes est très reposant, ce qui nous permet de passer une bonne nuit réparatrice.

Lundi 09 juin

Le lendemain, après le toujours pantagruélique petit déjeuner d'usage et les difficultés habituelles pour payer (l'appareil à CB étant capricieux) nous repartons en pleine forme pour prendre la direction du lac Titisee où nous avons la surprise de constater que les motards ne paient pas le parking !

La visite de ce joli endroit hyper touristique étant faite, nous nous rendons à la prochaine escale pour midi : le restaurant «Hexenlochmuhle» qui est littéralement envahi par les motards. Heureusement nos gentils organisateurs ont réservé, et deux grandes tables nous attendent sous une tonnelle où règne une chaleur écrasante, mais idéalement placée en bordure d'un ruisseau.

Comme de coutume, la nourriture est excellente et l'endroit bucolique.

Nous quittons à regret ce lieu ainsi que la Forêt Noire, et c'est une fois arrivés en plaine que nous avons l'impression de pénétrer dans un four !

La chaleur devenant pour certains insupportable, une halte expresse a lieu en bord de route afin de nous désaltérer grâce aux bouteilles d'eau se trouvant dans la voiture suiveuse.

Le tout dernier arrêt se fera quelques kilomètres plus loin dans un café où je découvre les bienfaits du «Spezi» (mélange de Coca et Fanta), boisson pas mauvaise et exempte d'alcool comme il se doit... (clin d'oeil à JC.HD)

Les derniers kilomètres jusqu'au bac de Rhinau sont très éprouvants tant la chaleur est accablante et nous nous quittons tous à notre arrivée sur la berge française, fatigués mais ravis de ces trois superbes journées entre amis.

 

Philippe F.