Connexion

Certaines parties de ce site nécessitent une identification. Info : Si c'est votre première visite, vos identifiant et mot de passe vous ont été envoyés par courriel.
La grange à bécanes (25 août 2013) PDF Imprimer

Participants : 3 motards courageux, 1 passagère téméraire, 2 caisseux

 

Ce musée se mérite ! Après une sortie prévue au printemps, annulée pour raison de pluie … qui ne s’est pas montrée, la sortie fut reprogrammée pour ce 25 août. Les anxieux furent rassurés lors de la réunion préparatoire du jeudi : s’il pleut des trombes, on annule ou au pire on y va en voiture. Voilà donc que dimanche matin trois motos au rendez-vous seulement. Des désistements pour des raisons plus ou moins valable comme « mais si, il pleut des cordes ici … » ont permis aux moins courageux de se débiner. C’est d’ailleurs pour ne pas leur faire honte que les noms ne sont pas cités dans le CR. Seul petit problème … l’ouvreur, le seul qui sait où on va et comment on y arrive n’est pas là. Mais que fait-il donc ? Un appel téléphonique nous donne la réponse : à la télé ils ont dit qu’il va beaucoup pleuvoir, et en regardant dehors, le sol mouillé est la preuve qu’il mouillera encore ! Après quelques conciliabules, notre doyen du club (que je ne citerais pas non plus pour protéger l’honneur de sa famille) accepte de nous mener … en voiture à bonne destination. Nous voilà donc parti en suivant un caisseux comme ouvreur, du jamais vu dans notre club !!! On va bientôt accepter les trikes et les 125 …

Peu importe, la sortie est sauvée et nous partons pour Sélestat où un rassemblement de vieilles motos semble se tenir. En effet, il s’agit d’une rencontre mensuelle d’adeptes de vieux cylindres : une Motoconfort de 175 cm3, une R90, un side MZ 250 et bien sûr une HD Shufflehead 1200. Nous discutons le gras avec ces vétérans, une 750 four étincelante rejoint le groupe. Pause café en face du parking des anciennes … et quelques gouttes de pluie se font remarquer, assez pour entendre « vous avez vu, il pleut, je vous l’avais dit … ».

 

Nous reprenons la route vers le sud-est, objectif : trouver un resto vers midi sur la route du musée qui nous mène vers Neuf – Brisach. Et là, les oiseaux de mauvais augure auront de quoi se réjouir. Petite Hollande, il reste 5 minutes de route à faire, 5 petits kilomètres … mais 5 km c’est long quand quelqu’un a ouvert le robinet de la douche à fond ! Ouf, il reste de la place au restaurant des Remparts, nous prenons place et observons la pluie par la fenêtre. La patronne viendra à deux reprises avec son balai serpillière pour éponger le sol, nous demandant même de la rassurer quant à l’origine de la flaque … nous évoquant les soucis d’incontinence possibles chez des messieurs d’un age aussi avancé que le nôtre. Le repas est bon, l’ambiance sympathique. Et le soleil pointe entre les nuages lorsque nous repartons vers Bantzenheim. Arrivée au musée rhénan de la vielle moto. Nous passons un très agréable moment et nous amusons comme des gamins sur le simulateur (un side car d’époque). Pour ceux qui n’y étaient pas : www.lagrangeabecanes.com, une équipe de motards débridés gère le musée le dimanche, la récompense du voyage était là, un moment très instructif et agréable pour ceux qui s’intéressent à ce qui a deux roues. D’autant que l’ancien propriétaire de toutes ces machines était présent pour partager sa passion. Le soleil nous fait des clins d’œils à la sortie de la grange. Nous décidons de passer les équipements étanches pour ne pas provoquer les dieux, et nous voilà repartis vers le Nord par la route paradoxale. Je cite la route EDF, il n’y a rien de plus à l’Est (à part le Rhin) que cette route que sent pourtant le grand Ouest avec ses kilomètres de lignes droites sans croiser âme qui vive. La « limousine allemande » ouvre et démine la route devant nous … Les Vosges sur notre gauche sont habillées de leur plus sombre couvre chef. Quelques gouttes à hauteur de Rhinau, et nous rentrons sec ! OUF car à peine à Blaesheim, la pluie tombe drue.

 

Moralité, il y aura toujours de vrais motards pour prendre la route sans être refroidis par quelques gouttes.

 

Moralité bis, en Alsace c’est comme en Bretagne, il ne pleut que sur les C …

 

Enseignement, un caisseux ça craint, mais pouvoir ranger les casques dans son coffre c’est bien.

 

Allez, faites un arrêt à la grange, qu’il vente ou qu’il pleuve, le détour en vaut la chandelle.