Connexion

Certaines parties de ce site nécessitent une identification. Info : Si c'est votre première visite, vos identifiant et mot de passe vous ont été envoyés par courriel.
Sortie sur 3 jours (18/19/20 Mai 2013) PDF Imprimer

Samedi 18 mai :

Les sept vaillants Hamsters s'étant inscrits pour cette virée se retrouvent comme d'habitude pour 09h00 à Blaesheim où nous rencontrons JCD à pied venu chercher son pain quotidien.

Le soleil est exceptionnellement  présent et le ciel d'un bleu uniforme...

Mais il s'agit du premier jour!

Après avoir photographié cette merveille (pour devoir de mémoire) Daniel et les autres motards prennent la route à 09h15, gonflés d'optimisme quant à leur avenir météorologique.

Une soixantaine de kms parcourus, une pause s'impose pour nous réchauffer (car il fait environ 8°) , ce qui est fait à «l'hôtel des Roches» à Saales, lieu habituel d'arrêt connu de tous.

Nous prenons donc le café en terrasse, à part Véronique qui met un peu de café dans son sucre!

Nous quittons l'endroit vers 10h40, et après avoir emprunté quelques belles routes, arrivons a Magnières (54) dans le Val de la Mortagne, plus précisément sur le site de l'ancienne gare dont la voie ferrée a été désaffectée puis réhabilitée pour le tourisme.

Sur place nous attendaient déjà Gween , Mike et la petite Lisa, venus en voiture, lesquels ont participé à la balade sur rail et au pique-nique. 

Des draisines ou vélorails ont donc remplacé les bonnes vieilles locomotives d'antan; chacune d'elles pouvant accueillir jusqu'à quatre passagers dont deux «pédaleurs».

Trois équipages sont affrétés et nous nous mettons non pas en route mais en voie! Précisons que le temps est toujours relativement agréable et exempt de pluie...

Nous évoluons dans la France profonde, le parcours étant bordé,de ci de là de tas de fumier et autres fermes typiquement Lorraine! Mais bon, il vaut mieux çà que le CO2 de nos villes!

La voie étant unique pour l'aller et le retour, nous avons dû aider un couple qui déjeunait à déplacer leur draisine afin de nous laisser le passage.

Puis, après avoir pédalé (beaucoup pour certains, peu pour d'autres, mais pas de noms!) sur une distance estimée à huit kms, nous faisons la pause pique-nique le temps de refroidir les moteurs!

Echanges de bons mots, rigolades et autres plaisanteries égayent notre repas et il fait (presque) chaud! 

Sur ce, ayant fait le plein de calories, 180° pour les draisines pour retour vers notre point de départ que nous atteindrons vers 14h50.

Nous restons momentanément sur place, au «Restaurant de l'Ancienne Gare», pour boire un café ou jus de houblon bien mérités après tant d'efforts!

Patrick, qui a sévi ici il y a plusieurs années dans le cadre de son travail, salue la patronne avec sa verve habituelle ! (j'ai bien dit sa verve!)

Après avoir quitté Gween, Mike et Lisa, nous partons pour notre point de chute du jour; mais peu avant l'arrivé, votre serviteur doit faire le plein «de son briquet» sous peine de tomber en carafe, ce qui serait le comble pour un amateur de bière!

Ceci fait, et seulement quelques kms plus loin, arrivée à notre lieu de séjour de Châtenois: «Le gîte des Trois Loups»

Nous sommes accueillis très chaleureusement par notre hôte qui met même à notre disposition un lieu afin de préserver nos montures d'une éventuelle averse. (arf)

Nos affaires étant déposées, passage au supermarché local pour acheter du «liquide (Badoit – Carola etc...) et quelques victuailles nécessaires à notre survie!

Arrêt également à une boulangerie pour récupérer une tourte et un pâté lorrain qui s'avéreront par la suite succulents.

Et enfin, installation dans nos chambrées, les ronfleurs se mettant à l'écart des non ronfleurs, mais cette année ce fût tout de même plus calme! (sans commentaire!)

A préciser que le gîte est magnifique et que c'est une adresse à retenir pour le futur.

Le repas (pâté Lorrain) puis la soirée furent comme à l'accoutumée, entre personnes sympathiques, vraiment agréables, avec des parties de franche rigolade, et émaillées par quelques démonstrations de danse Country par Patrick, Daniel et Véronique.

Puis vers ??h??, nous nous couchâmes pour un repos des mâchoires et autres zygomatiques.  

 

Dimanche 19 mai:

Il est 06h15, et non, je suis bien réveillé, et c'est bien la pluie que j'entends tapoter sur le velux..........

Vraiment un temps à passer la journée au lit, mais tout le monde se lève finalement vers 08h00.

Pascal et Patrick, des gens courageux, sont allés chercher le pain et les croissants (à pied)

Nous nous attablons autour d'un petit déjeuner copieux, et la pluie semblant vouloir cesser, décidons   tout de même de poursuivre le programme du jour prévu.

Nous prenons donc la route sous un temps frais et incertain, les routes étant mouillées, nos belles motos rutilantes (surtout la mienne!) ressemblent déjà à des tas de boue.

Premier arrêt touristique à Domrémy la Pucelle (88), village natal de Jeanne d'Arc, où nous constatons d'emblée que la Meuse est en passe de déborder...On se demande pourquoi.

Nous visitons l'Eglise, et, avant de repartir, Véronique achète un briquet à l'effigie de Jeanne- d'Arc! Nous sommes choqués par la vente incongrue de cet article! Manquait plus que les cendriers!

A quelques petits kms de là se trouve la magnifique basilique «du Bois Chenu»,un édifice religieux dédié à Jeanne d'Arc qui a été élevé au 19ème siècle et où la première messe fût célébrée en 1896.

Nous attendons la fin de la messe pour la visiter, casque à la main, sous le regard interdit de certains fidèles, puis ceci fait nous décidons de déjeuner au restaurant tout proche: «l'Accueil du Pèlerin» géré par l'Evêché des Vosges.

L'accueil, le repas et le service y furent excellents pour un prix très raisonnable.

Départ vers 14h15 pour le site Gallo-Romain du village de Grand (88)

Nous arrivons juste pour la séance de démonstration de gladiateurs dans l'arène, devant débuter à 15h00.

Après avoir payé une somme modique de 3 euros pour y assister, nous sommes tous ébahis par le savoir de l'orateur préalable, lequel nous explique avec passion l'art de la gladiature.

Puis place aux combats dont les participants sont vêtus de hardes rudimentaires et coiffés de casques en métal d'un poids pouvant varier de cinq à sept kilos!

Leurs glaives en métal ne sont certes pas aiguisés, mais quand ils s'affrontent, cela laisse des traces! (ou Thrace, foi de Mirmillon!)

A l'issue du spectacle, nous avons pu les rencontrer et ainsi discuter de leur passion; Patrick a essayé un casque qui n'a, je vous l'affirme, rien à voir avec celui d'un motard!

Enchantés par ce spectacle, nous avons ensuite quitté l'endroit pour rejoindre la mosaïque de Grand (surface de 232m2) située au centre du village.

A la sortie du site, le ciel s'obscurcissant franchement, les habits de pluies furent de rigueur pour rejoindre notre port d'attache, et bien nous en pris, car sur le chemin du retour, les éléments se déchaînèrent et même la grêle fut du voyage.

Arrivés au gîte, trempés mais heureux, après nous être séchés, l'apéritif s'imposa, suivi d'un excellent repas (la tourte).

Cette soirée du 19 mai fût comme la précédente, tout simplement géniale entre gens de bonne compagnie, et nous avions dans le cœur le soleil que nous n'avions pas eu dehors!

Daniel a encore épuisé une rafale de kleenex!

Vers 23h30 , extinction des feux, en espérant tous que le temps du jour suivant serait plus clément...

Lundi 20 mai:

O6h30: Décidément je n'aime pas les velux et leur sale habitude de faire du bruit quand il pleut!

Ecoeurement, rendormissement, puis nouveau réveil à 08h30: toujours ce clapotis...

Tant pis, on y peut rien! Levage du bonhomme et du reste de la troupe, puis petit déjeuner dans une ambiance toujours bon enfant.

La pluie étant fine et persistante, la journée nous semble bien compromise, et vers 11h00 après avoir fait le ménage et plié bagages, nous prenons la route du retour sous une pluie devenue battante et une température glaciale.

Nous roulons environ deux heures avec parfois l'impression d'être dans une machine à laver et vers 13h30, arrêt restauration à  Provenchères sur Fave (88) au «Café des Délices» où  nous sommes accueillis par le patron, ancien futur motard, lequel nous laisse nous installer le mieux possible compte tenu de notre état...humide! 

Un personnage vraiment très sympathique qui a d'emblée «mis en boîte» Véronique!

Après avoir englouti un sandwich américain,du café, et nous être réchauffés puis rhabillés (Patrick m'a aidé à m'enfiler (mes gants) transformés en éponge), retour pour nos logis respectifs. A noter qu'arrivés à hauteur de Schirmeck, la pluie avait enfin cessé......

Bref, au risque de me répéter, une superbe sortie, et ce temps détestable n'a aucunement entamé le moral des troupes!

C'est toujours aussi bien d'être entre gens pas compliqués!! (mais pas stupides pour autant hein??)

Philou le Troudairman