Connexion

Certaines parties de ce site nécessitent une identification. Info : Si c'est votre première visite, vos identifiant et mot de passe vous ont été envoyés par courriel.
Sortie Lalique et Vosges du nord (30 septembre 2012) PDF Imprimer

Présents à la sortie : Jean Claude (canal historique), Philippe & Cathy, Patrick & Véronique, Jean Claude P, Daniel & Patricia, Guy & Lise (avec progéniture), Jacques, Pascal H

 

Et une de plus, mais ce sera la dernière sortie sur la journée en 2012 pour nos sympathiques hamsters. Dans l’esprit du club qui se veut loin de la dichotomie Bitume / Bibine, cette sortie (comme tant d’autres : Ile de Mainau, Chutes du Rhin, Chute du Doubs, Bliesbruck, Ronchamp, Musée de la Mine, Bac de Rhinau …) sera placée sous le signe de la Culture et de la Convivialité. Mais oui, nos motards ont un cœur (une rose un espoir, collecte de jouets et de dons, sortie des aveugles) mais aussi un esprit à nourrir. Comme nous avions déjà visité le musée du cristal de Saint-Louis, il fallait bien faire la comparaison avec le récent musée Lalique à Wingen sur Moder … voici donc la destination du jour.

Bien sûr, le chemin pour y aller ne sera pas la ligne droite, et encore moins l’autoroute direction Strasbourg … le voyage faisant partie du plaisir, l’itinéraire choisi nous fait profiter des petites routes et cols des Vosges du Nord que l’automne habille doucement de ses jaunes et pourpres … oui je sais … mais aussi de ses températures à faire terrer tout hamster non pourvu d’un matelas sous dermique thermo-protecteur.

Pour tout vous dire, départ de Blaesheim vers les 9 heures, les 10 motos prennent la direction de Urmatt pour bifurquer vers le Nideck, Engenthal, Reinhardsmunster … avec un arrêt café au centre historique de Saverne. Le col éponyme gravit avec allégresse, un petit coup d’œil est jeté sur le débouché du premier tunnel de la ligne LGV (avec les explications techniques qui vont bien). Nous repartons dans les bois voir si le loup n’y est pas, passons à la Petite Pierre (bien connue de nos sorties avec les aveugles).

Le temps passe, les estomacs se creusent, nous voilà à La Petite Pierre où, pour calmer nos appétits, nous déjeunons Bio à la clairière (http://www.la-clairiere.com). Les menus attirent l’œil, mais le calcul en équivalant SP 95 nous fera nous limiter à un plat de biche pour les uns et de saint-pierre en papillote pour les autres.

Le repas très fin est pris ; nous virons autour de Puberg et de son col en direction des manufactures verrières de Lalique où le musée nous attend.

Flacons et lustres, que de scintillements qui remplissent nos yeux. Mais plutôt que mal le décrire, nous vous invitons à aller le visiter (http://www.musee-lalique.com/).

Après presque deux heures à admirer la silice magnifiée comme des enfants devant une vitrine de Noël nous reprenons les petites routes jaunes de la carte Michelin pour traverser le kochersberg. Le soleil baigne du même jaune les mais qui attendent d’être récoltés. Un dernier arrêt à Marlenheim pour le traditionnel café de retour. Bises sur la place, personne ne s’éternise, le jour faiblit, les lumières du musée nous ont fait oublier que nous sommes presque en octobre. Il faut avant la nuit rentrer.

C’est par le flanc gauche de la vallée de la Bruche que nous rejoignons la citée du Glockelsberg.

Le soleil se couche dans nos rétroviseurs lorsque nous atteignons notre destination. Dernier salut au klaxon, direction nos casemates pour certainement rêver cette nuit de fioles, vases, figures et lustres. Mais j’y pense je cherchais une idée de cadeau pour Noël …