Connexion

Certaines parties de ce site nécessitent une identification. Info : Si c'est votre première visite, vos identifiant et mot de passe vous ont été envoyés par courriel.
Ferrette (du 26 au 28 Mai 2012) PDF Imprimer

 

Donc  départ de Blaesheim le 26 mai à 09h00 ; un grand jour !

Les bagages sont faits et la voiture « balai » conduite par Cathy a le coffre bien plein ; en tête de cortège, c’est  Jean – Claude, surnommé « GPS » qui nous guide.

Vers 10h00 nous faisons une première « halte café » à Ottmarsheim ; le Pub Irlandais bien connu de certains étant  fermé, nous allons mettre de l’ambiance dans un autre troquet du coin puis reprenons la route après que Patrick eut réglé ses problèmes de lunettes chez un opticien tout proche.

Nous arrivons à Schaefferhoff aux environs de midi pour un repas tiré du sac en plein air ; cela nous laisse le temps de contempler le paysage et plus précisément les allers et venues de toutes sortes d’embarcation dans la grande écluse.

Les amateurs de photos s’en donnent à cœur joie…

La digestion de notre frugal déjeuner faite, nous reprenons la route et arrivons au château du Landskron après avoir traversé de nombreux villages qui nous rappellent que la France est vraiment un beau pays.

Cet édifice construit avant 1297 est en ruine depuis 1813 après avoir été détruit par les Autrichiens et les Bavarois alors en guerre contre Napoléon Bonaparte. Comme la plupart de ces constructions moyenâgeuses cette dernière a été érigée sur les hauteurs, ce qui permettra à certains courageux d’entre nous de profiter d’un magnifique panorama lequel n’offre pas seulement une vue sur la verdure ou les vieilles pierres, pas vrai Eddie ??!!

Après tous ces efforts pour grimper la butte, nous rejoignons « les fainéants » qui attendent un peu plus bas et enfourchons nos montures pour notre lieu de destination de ce jour, à savoir le relais de marcheurs de « La Birgmatt ».

Mais avant l’arrivée, quelques uns ayant de petits réservoirs ont dû faire le plein…

Ah la Birgmatt ! Lieu charmant fleurant bon la nature et complètement perdu dans la forêt où même les ondes téléphoniques ont du mal à trouver leur chemin, au grand désarroi des accros que nous sommes tous plus ou moins.

L’arrivée sur place est scabreuse car point de route goudronnée mais un chemin forestier assez pentu et traversé par de nombreuses racines et parsemé de pierres… Doucement mais surement tout le monde arrivera sans encombre après cette épreuve inattendue. On se demandait tous… en cas de pluie mais ouf le ciel est tout bleu !

En ce 26 mai fin d’après - midi, chacun prend possession de ses appartements qui ne sont pas sans rappeler ce que beaucoup d’entre nous ont pu connaitre au service militaire… Lits superposés etc.…

Dans un joyeux brouhaha tout le monde s’installe, et l’heure de l’apéro tant attendu a sonné !

Quelques bières plus tard, chacun participe à la préparation du dîner et Philippe M. prend son poste au barbecue après avoir longuement comparé sa « brioche » avec celle de Gwen, laquelle en ce qui la concerne a disparu depuis pour un heureux événement !!

Tout se déroule parfaitement et l’ambiance est excellente, toujours agrémentée par une fin de journée radieuse.

Ayant l’opportunité ? de faire ce C/R, j’en profite pour remercier les participants pour ce magnifique gâteau improvisé et ce joli chapeau orné de bougies à l’occasion de mon anniversaire.

Cela nous a encore donné l’occasion de boire un coup !

Plus tard dans la soirée, 23h00 peut – être (problème de mémoire lié à l’âge), un feu de camp a été allumé et pour la première fois de sa vie, le scribe que je suis à mangé des chamallows grillés au bout d’un bâton ; une pure merveille !

Encore plus tard, nous avons tous rejoint nos chambrées où certains pensaient trouver le repos…….

Ceux qui ronflaient l’ont trouvé, par contre les autres… hum hum… Mais pas de noms, j’ai promis… Je peux juste dire que l’un d’entre eux roule en HD !

Dimanche 27 mai : après une nuit non réparatrice, lever du soleil café et tout le toutim puis départ pour cette seconde journée de visite.

Même ceux qui ont mal dormi sont de bon poil, çà doit être la chlorophylle…

Donc tout le monde en selle, la pente est plus « facile » en montant ! Le soleil brille et nous longeons la Suisse avant d’arriver à St Hippolyte sur le Doubs pour le traditionnel café… La place où nous nous sommes arrêtés est bondée et il est même difficile de se garer en moto.

Ceci fait, nous roulons encore une heure puis la pause sera plus longue car nous nous restaurons à Morteau pour midi dans une boulangerie dont nous dévalisons les rayons !

Confortablement installés sur la terrasse attenante, nous prenons du bon temps au calme alors que soudain arrive « une horde sauvage » de Harleytistes purs et durs tatoués jusqu’aux oreilles, mine patibulaire, croix de Malte, lesquels  ne pourront prendre place où nous sommes par justement un manque de place… Ils repartiront donc dépités sur leurs mobylettes… (Ce qui fera dire à quelqu’un d’entre nous : « nous on n’a pas de HD mais on mange ! »)

Après ces instants de pur bonheur, nous reprenons la route pour finalement stopper à Villers le Lac, petite ville où nous allons embarquer sur une vedette panoramique, laquelle nous guidera en empruntant les méandres du lac de Chaillexon à notre destination finale : Le Saut du Doubs.

Mais avant de trouver le bon embarcadère où les places ont été réservées il a fallu un peu chercher….  Et la passagère dévouée d’une VN 1700 noire (toujours pas de nom) qui était allée se renseigner à ce sujet a été « oubliée » par son pilote, tout surpris de retrouver le siège arrière vide ! Heureusement nous le lui avons fait remarquer et il est allé rapidement récupérer sa bergère (de France)…   

Cette parenthèse anecdotique faite, nous embarquons donc sur une vedette panoramique pour une promenade d’une demi heure sur le lac cité supra ; le guide du bateau nous raconte l’histoire du coin et nous imaginons qu’il voudra une pièce à l’arrivée car il a déjà le porte – monnaie ouvert… ! (Ceux qui ont vu comprendront)

Le paysage est pittoresque, avec à bâbord la France et à tribord la Suisse ; les appareils photo s’animent à tout va.

A l’issue de ce déplacement au fil de l’eau, nous débarquons enfin et empruntons le chemin qui va nous mener au but.

Les touristes sont nombreux et le paysage offert toujours aussi beau et majestueux ; l’un d’entre nous aux cheveux gris et longs, toujours serviable, s’empresse de prendre un couple en photo avec leur appareil puis fait mine de prendre la fuite toujours en possession de l’objet, à la grande stupeur des gens concernés…On a bien ri !!

Après en avoir pris « plein les yeux », et au terme d’une attente assez longue mais toujours dans la bonne humeur, nous reprenons le bateau en sens inverse ; le retour est ponctué par de nombreuses rigolades dues notamment à une dame parcourant inlassablement le bateau en regardant le sol, et à laquelle la question fut posée : « avez-vous perdu quelque chose ? »

Le débarquement fait, nous récupérons nos affaires qu’une responsable de la compagnie des vedettes maritimes nous avait gentiment gardées, puis nous prenons le chemin du retour après une nouvelle pause à St Hippolyte sur le Doubs car il fait toujours aussi sec !!

Beaucoup d’entre nous sont épuisés mais néanmoins ravis de cette seconde journée, et après le repas du soir chacun va dormir du sommeil du juste, certains dont moi ayant changé de chambrée pour plus de confort auditif !! Heureusement, Patricia a fourni en plus des boules Quiès !!

Lundi 28 mai : Temps toujours splendide, matinée un peu fraiche ; Philippe M, papa rassis invertébré, installe son trépied surmonté de son Canon, et entreprend de photographier les motos placées en arc de cercle.

Ceci fait, le moins marrant reste à faire, à savoir, le nettoyage des locaux avant de repartir…

Cela effectué, les moteurs chauffent et en route pour le retour en Alsace !

Environ une heure après, arrêt au château de Ferrette, ancré sur un piton rocheux qui culmine à 612 mètres d'altitude, surplombant la ville de Ferrette et offrant un joli panorama.

Nous longeons ensuite la frontière suisse, et parfois la franchissons, au grand désespoir de JC, qui ne semble pas trop apprécier ce petit pays pourtant neutre… !

Une fois dans le Haut – Rhin, la pause de midi a lieu à Hesingue, dans une pizzeria avec une jolie terrasse ombragée où les plats servis sont excellents.

Petit coup de fatigue après ce repas dans une ambiance toujours estivale, mais nous repartons pour Mulhouse, charmant « village » du Haut – Rhin. JC dit GPS sur sa HD nous mène à la tour métallique du Belvédère construite en 1897, d'une vingtaine de mètres de haut, située sur les hauteurs de la ville, à 333 mètres d'altitude sur les derniers contreforts du Jura alsacien.

Après avoir gravi environ soixante marches, la vue est imprenable sur la région. Hop re photos clic clac Kodak !

Il est environ 17h00 lorsque nous arrivons à l’ultime arrêt de l’aire du Haut Koenigsbourg où certains nous quittent car demeurant dans le secteur.

Le beau temps nous a accompagnés tout au long de ce périple de trois jours ; tout le monde il est content.

Ce voyage aura permis à chacun d’entre nous de mieux se connaitre, et ce genre d’expérience enrichissante est à renouveler selon moi !