Connexion

Certaines parties de ce site nécessitent une identification. Info : Si c'est votre première visite, vos identifiant et mot de passe vous ont été envoyés par courriel.
Chutes du Rhin (5 juin 2011) PDF Imprimer

Hamsters présents : Cathie et Eddie, Edith et Jean-Marie, Laura, Christine et Jean-Luc L., Marie et Mathieu L, Jacqui et Edith, Pierre, Dominique

 

Dans la nuit du 04 au 05 juin, les hamsters à l’ouïe fine ont croisé les doigts en entendant le tonnerre gronder au loin, dans l’espoir que la météo n’affectera pas leur quatrième sortie de l’année.


Mais ils sont bien là en ce dimanche matin ensoleillé et sont même tombés du lit en se donnant rendez-vous à 8h00 tapantes, tout émoustillés à l’idée de découvrir les chutes du Rhin.


Le départ est donné à 8h15 en direction de l’Allemagne et d’Offenbourg. Au bout d’1h30 de route et après un léger détour, nous atteignons Haslach où nous marquons notre premier arrêt. Il fait déjà bon au soleil et c’est avec plaisir que nous dégustons notre café (ou petit-déjeuner pour les plus gourmands) en terrasse.


Nous voilà repartis sur les routes sinueuses de Forêt-Noire avant de passer la frontière Germano-Suisse pour rejoindre enfin notre point de chute(s)…du Rhin à Neuhausen. Le ciel bleu se reflète dans les eaux du fleuve et nous profitons de ce paysage magnifique en dégustant une saucisse-frite - oui oui je dis bien déguster- il faut bien ça pour avaler les prix exorbitants pratiqués en ce lieu hautement touristique !


Après le déjeuner, nous faisons un dernier petit tour du site avant de remonter en selle…qu’il est parfois difficile de renfiler sa panoplie de motard lorsqu’il fait si chaud ! Ignorant les gros nuages noirs derrière nous, nous partons droit devant en direction de notre prochaine étape, le Titisee.


C’est d’ailleurs là que nous nous arrêtons une nouvelle fois pour une dernière pause café-boissons fraîches avant de nous balader au bord du lac que nous redécouvrons avec plaisir, d’autant plus que le soleil est toujours de la partie.


C’est d’ailleurs sans avoir vu une seule goutte de pluie que nous terminons notre périple de plus de 330 km et rentrons à Blaesheim. Quoi comment ça ??? Qui a dit que j’enjolivais ??? Si si, je te vois, toi là-bas derrière ton écran !

 

Bon bon d’accord, j’avoue…à peine le Hirschsprung passé, le ciel s’assombrit, laisse passer quelques gouttes et nous avons à peine le temps d’enfiler nos tenues de pluie qu’une trombe d’eau s’abat sur nous. A Fribourg, le soleil a déjà refait son apparition mais nous préférons écourter notre sortie en rentrant par l’autoroute tout en gardant un œil sur les gros nuages noirs, qui mis à part quelques grêlons (aïeuh, mon casqueuh) ne croiseront fort heureusement plus notre route.