Connexion

Certaines parties de ce site nécessitent une identification. Info : Si c'est votre première visite, vos identifiant et mot de passe vous ont été envoyés par courriel.
Sortie Kaiserstuhl du 25 mars 2018 PDF Imprimer

JCD, P&DS, PF, C&PM, N&JFD, MJM, RS, JW, VA et PM soit 13 Hamsters et 3 invités (11 motos)

 

Comme le dit la définition de l’encyclopédie du motard « Pas de meilleur baromètre qu’un motard : il s’agite lorsque le beau temps s’annonce ».

Nous nous sommes donc agités, en ce premier dimanche de printemps ensoleillé. Tout le gratin du club (à part quelques excusés et ceux dont la monture était en panne) s’est donc retrouvé à 14:00 précise (personne n’a loupé le changement d’horaire de la nuit précédente) sur le lieu habituel depuis lequel se donnent les départs de nos virées, je cite la place de l’église, devant la mairie, face à la boulangerie (faut tous les nommer pour ne vexer personne).

C’est parti, au travers du bois, direction Hindisheim et Krafft, pour nous lancer sur cette belle route sinueuse de plaine qui nous balance tranquillement d’Erstein jusqu’à Marckolsheim. Il ne reste que deux touristes en voiture à dépasser, et nous voilà à Brisach, le vieux, pas le neuf, celui que nos voisins ont rebaptisé Breisach am Rhein. Les bécanes sont alignées (ou presque) sur le parking de la ville basse, nous n’avons que l’embarras du choix pour décider dans quel café nous allons reposer nos fessiers. Dans quel café, tout simplement parce que toutes les terrasses sont noires de monde, le soleil a fait sortir pas mal de touristes, et pas que des allemands, à entendre la langue qui se parle autour des tables ensoleillées.

C’est donc à l’intérieur que nous dégustons chocolat chaud, glace, café, gâteau … sauf pour certains gaulois impénitents abonnés à d’autres breuvages (là aussi la réponse se trouve dans l’encyclopédie du motard : si les abeilles sortent vers 15°C, la cervoise pointe dès qu’il ne gèle plus!).

Reprise de la route avec une demande pressante de deux motards du dimanche : « s’il vous plaît, on pourrait s’arrêter à une station essence ? » Non mais ! On n’a fait que 80 bornes et déjà ils sont à sec ! Il va falloir réintroduire des gages dans le règlement intérieur du motoclub.

Reprise de la route en grimpant dans les collines étagées du Kaiserstuhl, virée à droite parallèlement au Rhin pour une remontée vers le nord … pas une station de benzin à l’horizon ! Nos deux assoiffés se font pressants et klaxonnent pour rappeler à l’ouvreur qu’ils ne souhaitent pas terminer en poussette. Nous hélons donc des autochtones avec la question à 1000 €uros « Gibt es eine Tankstelle in der Gegend ? » La dame nous confirme que non ! Ni dans le village présent, ni dans le suivant et dans le suivant encore moins, mais elle nous indique qu’au bord de l’autoroute, moyennant quelque détours, un ancien relais postal était en service pour échanger des chevaux frais, abreuver les montures … en même, moyennant le don d’un €uros, se soulager dans des latrines (somme toute propres, nous sommes en Germanie, faut-il le rappeler).

Quatorze convives s’accordent donc pour donner de leur temps, et acceptent ce détour afin que nos deux étourdis puissent éteindre leur peur de se retrouver piétons.

Toujours de bonne humeur et sous le même soleil que précédemment, nous reprenons cap vers l’ouest pour nous remettre sur l’itinéraire prévu. Passage par Rust où le parc tant connu a ouvert ses portes ce week-end, direction le fleuve pour nous engager sur le bac et reprendre pied en France à hauteur de Rhinau. Benfeld est rejoint en quelques minutes, une petite poussée sur la manette pour utiliser le ruban de bitume à voies séparées jusqu’à la sortie vers Hindisheim. C’est là que les bestiaux hébergés à proximité de Strasbourg nous abandonnent. Un dernier groupe file vers Krautergersheim et nous sommes 3 motos à retraverser la forêt pour rejoindre Blaesheim.

Bilan : belle journée, belle météo, belle mise en jambe pour cette première sortie, belles routes, en somme que de belles appréciations (hormis les deux brèles qui n’ont pas fait le plein … mais passons, tout le monde oubliera vite ce détail).